Transits de juin 2022

  • Mercure stationne directe en Taureau le 3 juin
  • Saturne en Verseau stationne rétrograde le 4 juin
  • Mercure en Taureau trigone Pluton le 10 juin
  • Vénus conjoint Uranus en Taureau le 12 juin
  • Mercure entre en Gémeaux le 13 juin
  • Pleine Lune en Sagittaire III le 14 juin
  • Vénus conjoint le Noeud Nord en Taureau le 15 juin
  • Mars conjoint Chiron en Bélier le 15 juin
  • Le Soleil en Gémeaux trigone Saturne en Verseau le 16 juin
  • Le Soleil en Gémeaux carré Neptune en Poissons le 16 juin
  • Vénus en Taureau carré Saturne en Verseau le 18 juin
  • Vénus en Taureau sextile Neptune en Poissons le 19 juin
  • Mercure en Gémeaux sextile Jupiter en Bélier le 20 juin
  • Vénus en Taureau trigone Pluton en Capricorne le 21 juin
  • Le Soleil entre en Cancer le 21 juin
  • Vénus entre en Gémeaux le 23 juin
  • Mars en Bélier sextile Saturne en Verseau le 28 juin
  • Le Soleil en Cancer carré Jupiter en Bélier le 29 juin
  • Nouvelle Lune en Cancer I le 29 juin

Lunaisons

🌕 Pleine Lune en Sagittaire III

La Pleine Lune a lieu à 23°24′ Sagittaire le 14 juin 2022 à 13h51 (France hexagonale).

Cette Pleine Lune a lieu en Sagittaire III, dans les termes de Saturne et le décan donné à Saturne par le système Chaldéen, au Soleil par triplicité. Sagittaire III est un décan associé à la carte de Tarot du 10 de Bâtons.

La Lune n’est affligée ni par Saturne, ni par Mars ; elle est au contraire configurée par des aspects soutenants par signe à chacune des deux planètes (sextile et trigone respectivement). La Lune est aussi très rapide. Son dépositaire, Jupiter, se trouve en trigone depuis Bélier (c’est la première lunaison à dépendre de Jupiter depuis son entrée en Bélier d’ailleurs !), et le dépositaire final est Mars en domicile conjoint à Chiron. Cette lunaison me semble donc particulièrement dynamique, boostée. Six des sept planètes visibles à l’oeil nu se trouvent en signes diurnes (Feu ou Air) ; l’exception est Vénus en Taureau, et elle n’est pas configurée à cette lunaison.

Avec Mercure qui vient tout juste de rentrer en Gémeaux et le duo de choc de Mars et Jupiter en Bélier, cela m’évoque une certaine ébullition, beaucoup d’idées, de curiosité et d’élan, qui peuvent s’assortir d’impulsivité, d’impatience, d’irritabilité lorsque tout ne va pas aussi vite ou bien qu’on l’aimerait. Le 10 de Bâtons est une carte associée entre autres à la saturation, à l’exténuement, au fait d’en faire trop. MrsKuartz évoque l’écrasement, les fardeaux, l’exigence, la vocation, le devoir pour cette carte. Cette question de l’épuisement me paraît d’autant plus présente que le premier aspect de la Lune au reste du septénaire une fois déliée du Soleil sera un carré de Mars en Bélier. Un des enjeux de cette Pleine Lune pourrait donc être de ne pas faire de l’excès de zèle dans la mesure du possible, sous peine de retomber comme un soufflé ensuite.

🌑 Nouvelle Lune en Cancer I

La Nouvelle Lune a lieu à 7°22′ Cancer, le 29 juin à 4h52 (France hexagonale).

Cette Nouvelle Lune a lieu dans les termes de Mars, en Cancer I, un décan associé à la carte de Tarot du 2 de Coupes, donné à Vénus par le système Chaldéen et à la Lune par triplicité. La Lune est extrêmement lente pour cette lunaison, et elle se trouve en domicile en Cancer. Jupiter bonifie la lunaison d’un carré supérieur depuis 7° Bélier, et Vénus se trouve à 7° Gémeaux ; en aversion à la lunaison, mais en sextile à Jupiter. Neptune a stationné rétrograde en Poissons la veille de cette Nouvelle Lune en Cancer, ce que l’astrologue Catherine Urban associe à une énergie reposante et le besoin de repli ; elle évoque le dicton « You can’t draw from an empty well« , « On ne peut pas tirer d’eau d’un puits vide ». Le premier aspect de la Lune au reste du septénaire une fois déliée du Soleil sera là encore un carré (supérieur cette fois) de Mars en Bélier.

Le Soleil ♊ → ♋

Le 16 juin, le Soleil en Gémeaux reçoit deux aspects importants : un trigone de Saturne en Verseau, et un carré de Neptune en Poissons. Un aspect dur Soleil-Neptune peut se prêter à de la confusion, et Catherine Urban souligne que la structure soutenante que représente le trigone de Saturne pourrait être bienvenue à cette occasion.

Le Soleil entre en Cancer, le domicile de la Lune, le 21 juin. L’astrologue Austin Coppock avance que le reste de l’activité céleste pourrait faire de l’ombre à l’entrée du Soleil dans ce signe d’eau sensible.

Le 29 juin, le Soleil reçoit un carré très dynamisant de Jupiter en Bélier à 7°18′. Ce carré Soleil en Cancer vs Jupiter en Bélier a lieu régulièrement, mais pas forcément tous les 12 ans (le temps qu’il faut à Jupiter pour faire le tour du zodiaque). Il y en a eu un en 2010, en 1987, en 1975, en 1963, en 1951. À toutes ces dates, cependant, le carré a eu lieu en décans II ou III. Le dernier à s’être produit en Bélier I était le 30 juin 1939, et il se trouve que c’était sur le même degré, à 7°22′. Précédemment, ce carré a remué ces degrés en juin 1690, 1607, 1524. J’ai noté plusieurs évènements impliquant des enjeux de pouvoirs liés à la religion, notamment l’assemblée de Ratisbonne en 1524 avec les tensions entre chrétiens catholiques et réformés luthériens, et la persécution antisémite en 1939. Ces thèmes me semblent plutôt caractéristiques de Jupiter (planète associée à la religion) chez Mars (planète du conflit et de la violence), mais il faut bien garder en tête que le reste du ciel joue un rôle.

Mercure ♉ → ♊

Mercure stationne directe à 26°05′ Taureau le 3 juin, ce qui clôt une période rétrograde de 23 jours initiée le 10 mai en Gémeaux. Au cours du mois de mai, Mercure parcourt donc une troisième fois les derniers degrés de Taureau et les premiers de Gémeaux ; la période de rétro-ombre se termine lorsque Mercure dépasse 4°05′ Gémeaux, le 19 juin.

La station directe de Mercure en tout début de mois présente plusieurs particularités notables, qui la font remarquer dans une optique d’astrologie mondiale ; elle se produit en carré à Saturne stationnaire, et sur le degré projeté sur l’écliptique de l’étoile fixe Algol (26° Taureau). Du fait de sa lenteur, Mercure passe en tout 10 jours sur ce fameux degré. J’avais évoqué les thèmes d’Algol dans un article sur l’éclipse Lunaire en Taureau il y a quelques mois.

Vénus ♉ → ♊

Fin mai, Vénus entrait dans son domicile nocturne, Taureau, où elle est également dirigeante par triplicité. Les caractéristiques de Vénus en Taureau classiques seront ici considérablement modifiées dans leur expression par les interactions avec d’autres éléments : en coprésence en Taureau se trouvent le Noeud Nord, marqueur des éclipses, Uranus, planète de la disruption soudaine, Mercure le héraut, dont la présence exacerbe et surligne ce qui l’entoure. Saturne surmonte le tout d’un carré supérieur. Vénus ne connaît donc pas le transit le plus tranquille et souverain en Taureau cette année, bien qu’il s’agisse d’un signe de terre fixe, prédisposé à la cultivation patiente. La première semaine est la plus calme et stabilisante, dans le premier décan où Vénus est seulement en aspect par signe à Uranus et Saturne.

Les aspects à Uranus ont quelque chose de difficilement prévisible dans la mesure où c’est une planète associée aux changements soudains, aux revirements, aux surprises. Cela peut être réjouissant comme désastreux. J’avais écrit un article sur les associations de Vénus aux planètes Uranus, Neptune et Pluton ici, d’après l’astrologue Kay Taylor. Uranus peut refléter quelque chose de spontané et de soudain dans la sphère vénusienne (relationnelle, artistique…), potentiellement une certaine volatilité. Quant à Saturne, les thèmes de la frustration, des limites, des responsabilités et de la structure viennent s’imposer à Vénus.

Le 23 juin, Vénus entre en Gémeaux. Dans ce signe d’air mercurien, elle est pérégrine, avec une dignité par termes entre 12° et 16°, qu’elle parcourra en juillet seulement. En juin, elle reste en Gémeaux I, un décan donné à Jupiter par le système Chaldéen et à Mercure par triplicité, qui est associé à la carte de Tarot du 8 d’Épées.

5 cartes du 8 d'Épées, tirées de jeux différents, photographiées par MrsKuartz sur fond violet
8 d’épées, photo par MrsKuartz

En Gémeaux, Vénus est en coprésence à sa planète dirigeante, Mercure ; elle est soutenue et stimulée. Austin Coppock décrit cette entréee comme superficielle de manière rafraîchissante ; Vénus en Gémaux sait papillonner, entretenir des discussions légères et amusantes, intéressantes sans qu’il s’agisse d’une excavation profonde de sentiments intimes. Personnellement, Vénus-Mercure en Gémeaux m’évoque aussi des jeux de mots drôles et poétiques, une certaine verve, amuser la galerie… On peut aisément concevoir que cette vibe soit bienvenue après une saison des éclipses qui a pu, pour reprendre l’expression de Catherine Urban, nous laisser une gueule de bois.

Catherine Frot

L’actrice Catherine Frot a un combo Mercure et Vénus en Gémeaux natalement, avec Mercure qui dirige l’Ascendant. Le musicien Cat Stevens est Ascendant Balance, dirigé par Vénus en Gémeaux ; c’est aussi le cas du danseur Michael Flatley. George Michael est un autre exemple de Mercure-Vénus en Gémeaux.

Mars ♈

Fin mai a aussi vu l’entrée de Mars en Bélier, son domicile diurne. On n’a pas vu Mars dans ce signe du zodiaque depuis la période de juin 2020 à janvier 2021, durant laquelle Mars a connu une rétrograde. Cette fois-ci, Saturne n’est plus en carré supérieur comme c’était le cas alors, mais en sextile depuis Verseau. Cependant, Pluton se trouve toujours en carré supérieur depuis Capricorne comme en 2020.

En Bélier, signe de feu cardinal, Mars est rapide, tout feu tout flamme. Ici avec Jupiter, il est d’autant plus activé, exacerbé ; Jupiter a tendance à affirmer, encourager, exacerber, agrandir. Il pourrait donc s’agir de canaliser son envie de tout cramer de manière constructive. Le soutien de Saturne par sextile pourrait favoriser la structuration à ces fins.

Le carré à Pluton se parfait le 2 juillet, et marquera donc la fin du mois de juin alors que l’orbe se resserre. C’est le premier aspect dur entre Mars et Pluton depuis leur conjonction en Capricorne (avec Vénus) fin mars. Austin Coppock évoque power struggles comme mots-clés les plus évidents pour un aspct dur Mars-Pluton ; des tensions autour d’enjeux de pouvoir. Mars comme le pouvoir visible, et Pluton comme le pouvoir invisible.

Jupiter ♈

Jupiter se trouve, depuis le 11 mai, en Bélier. L’astrologue Nina Gryphon décrit cela comme une approche bien plus énergique et intense de la bienfaisance et de l’amélioration que lorsque Jupiter transite en Poissons.

Un transit marquant de la toute fin mai était la conjonction partile de Mars et Jupiter à 3° Bélier. Les deux planètes restent proches pour la majeure partie du mois de juin, en orbe de moins de 10° jusqu’à la Pleine Lune à mi-mois, et moins de 15° jusqu’au dernier week-end.

L’alliage Mars-Jupiter est donc particulièrement marqué en juin. Renn Butler décrit cette union comme les principes suivants : d’une part, des énergies positives exubérantes, une confiance physique, un talent pour le bon timing et la synergie, de l’audace et de l’enthousiasme, un côté décisif et courageux, des actions guidées par des idéaux, une grande passion. Avec la présence de Chiron également, il me semble fort possible que les thèmes du soin, et notamment du soin dans l’urgence, soient présents. D’autre part, cela peut s’exprimer par l’auto-glorification, la turbulence, l’agitation, la fanfaronnade, rouler des mécaniques, une philosophie de la loi du plus fort, une mélange de violence (Mars) et religiosité (Jupiter). Ce dernier point me fait penser à l’évangélisation missionnaire, un sujet difficile à appréhender paisiblement quand on a aucune complaisance envers une idéologie justifiant l’impéralisme par la spiritualité, ce qui est mon cas. J’espère voir davantage de gens faire du sport ou défendre des idéaux de libération de l’oppression avec exubérance et panache que de zélotes en croisade à l’occasion de ce transit (mais je ne retiens pas mon souffle). Historiquement, le combo Mars-Jupiter en Bélier se retrouve chez des idéologues de tous bords ; ce qui est sûr c’est qu’il n’est pas question de tiédeur.

Angelina Jolie

Parmi les personnes célèbres ayant natalement Mars, Jupiter et Chiron en Bélier à l’instar du ciel de juin 2022, on peut citer Angelina Jolie, chez qui la conjonction culmine avec la Lune. Charles Baudelaire avait également Mars, Jupiter et Chiron en Bélier, dans un stellium qui comprend aussi le Soleil, Saturne, Vénus (5 planètes sur 7 en Bélier !). Autre exemple, Jamel Debbouze ; Mars, Jupiter et Chiron en Bélier en maison 10, comme Jolie.

Saturne ♒

Le 4 juin, Saturne stationne rétrograde à 25°15′ Verseau. Pour rappel, Saturne passe environ un tiers de l’année en motion rétrograde. L’interprétation qu’on en fait est différente de celle d’une rétrograde de Mercure ou Vénus. Il ne faut pas forcément s’attendre à une inversion ou corruption des significations de Saturne, par exemple.

Saturne restera rétrograde jusqu’au 23 octobre 2022, et parcourt durant cette période les degrés de 25°15′ à 18°35′ Verseau. Cela peut être intéressant à prendre en compte si vous avez des placements natals autour de ces degrés en signes fixes (Taureau, Scorpion, Lion, Verseau), car Saturne interagira avec de manière particulièrement marquée. Si vous avez Saturne en Verseau natalement, n’hésitez pas à consulter l’article dédié aux retours de Saturne.

Sources et références pour cet article :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s