sur fond degradé brun-rose et jaune, en lettres manuscrites rouges, le mot "sexe", entouré de points d'interrogations et de part et d'autre des glyphes de Vénus et Pluton

Maisons astrologiques et sexualité : un débat qui n’en finit pas

Sur Twitter et sans doute ailleurs, un débat agite régulièrement la communauté astrologique. Cela revient de manière cyclique, les arguments fusent. Il s’agit du questionnement suivant : à quelle maison faut-il attribuer le thème de la sexualité ?

Si vous ne connaissez pas bien les maisons astrologiques, n’hésitez pas à lire mon précédent article à ce sujet pour trouver quelques repères avant de poursuivre votre lecture ! Si vous avez simplement besoin de vous rafraîchir la mémoire, voici l’image récapitulative que j’y proposais.


Quelle maison représente la sexualité en astrologie ? Pourquoi cela fait-il débat ? Pour résumer, le sujet de la sexualité fut assigné à la maison 7 en astrologie antique, puis à la maison 5 en astrologie médiévale, et enfin à la maison 8 en astrologie moderne.

Maison huit ?

Beaucoup de personnes ont donc actuellement pour habitude d’utiliser la maison 8 pour la sexualité. Il y a plusieurs justifications à cela.

Pour certain·e·s, c’est par habitude du système signes = maisons, qui veut attribuer Bélier à la maison 1, Taureau à la maison 2, et ainsi de suite ; et selon ce système, la maison 8 est associée au signe Scorpion, qui règne sur les parties génitales.

Logique, donc. Cependant, ce système signes = maisons est grandement contesté, énormément d’astrologues s’accordent à dire qu’il ne fonctionne pas dans la pratique, et qu’il vaut mieux distinguer complètement les significations des signes et des maisons.

Personnellement, je suis de cet avis, et je me réfère notamment aux significations traditionnelles pour les maisons. Or, traditionnellement, la maison 8 est appelée argos, que l’on traduit en anglais par idle, en français oisif·ve ou inactif·ve, et elle représente la mort, les héritages, les possessions des autres, les taxes, les dettes. Pas de rapport évident avec la sexualité, de toute évidence. Bien entendu, un lien pourrait être fait dans certaines situations — par exemple, certain·e·s astrologues pensent que le sugaring pourrait être un thème de maison 8. Mais c’est assez spécifique !

Une autre explication de l’assignation de la sexualité à la maison 8 est : la maison 7 représente le mariage, et la maison 8 étant la suivante, c’est une suite logique. Ce n’est pas un argument inintéressant, mais il me semble qu’il est daté pour un certain nombre de personnes à l’heure actuelle, pour qui la sexualité ne vient pas forcément après le mariage. Cependant, pour quelqu’un qui évolue dans un milieu très traditionnel, pourquoi pas, d’autant que le sexe y est parfois vu comme tabou et les femmes traitées comme des possessions, la virginité comme un bien précieux.

Enfin, un autre raisonnement pour la sexualité en maison 8 est l’aspect potentiellement traumatique de la sexualité. Si l’on considère, comme cité plus haut, que la maison 8 est associée au signe de Scorpion et que la maison 8 symbolise donc la mort mais aussi les cycles de destruction-reconstruction, la renaissance et l’intimité, les secrets et l’intensité émotionnelle, alors y assigner la sexualité peut paraître sensé dans un contexte de culture du viol, mais c’est discutable, en dehors du fait que comme expliqué plus haut, cela repose sur l’idée que les maisons seraient associées aux signes, idée réfutée par un certain nombre d’astrologues. Pour citer Nouvelle Astrologie Narrative, les viols ne peuvent pas vraiment être considérés comme faisant partie de la sexualité, de la même façon qu’il ne viendrait pas à l’idée de qualifier une noyade comme pratique de la natation. En revanche, on peut assimiler le viol à la maison 8 dans le sens où le viol serait une mort du sujet, de sa subjectivité, une négation de son consentement. Cette explication se rapporte donc davantage aux significations traditionnelles qu’à l’association maisons = signes.

Maison sept ?

La maison 7 est associée au mariage, aux partenariats à long-terme, et plus généralement à autrui, en opposition à la maison 1 qui elle représente lae natif·ve. Dans une culture qui associe quasi-systématique mariage et sexe, le lien entre maison 7 et sexualité est donc très sensé. Dans une relation amoureuse longue entre des personnes zedsexuelles*, il est certain que la sexualité sera un thème pertinent.

Maison cinq ?

D’autres personnes considèrent que la sexualité est un thème de maison 5. C’est le cas de Chris Brennan, par exemple, qui l’inclut dans son image récapitulative des maisons. Sur cette image, la maison 5, appelée traditionnellement « Good Fortune » (Bonne Fortune) est listée comme signifiant les enfants, la créativité, le plaisir et le sexe. Vénus y a sa joie. Comme la sexualité peut être à but reproductif mais aussi simplement pour y trouver du plaisir, le lien entre la sexualité et la maison 5 est très évident.

Et les autres maisons ?

On peut faire remarquer que pour une personne travailleuse du sexe, ou encore sexologue, la sexualité en tant que thème pourra aussi être présente dans d’autres maisons, celles qui symbolisent le travail, l’emploi, les possessions matérielles…

Au final, il semblerait que tenter de confiner un thème aussi vaste à une seule maison est un petit peu absurde. Pour citer l’ami AstroQuing, « le sexe est un monde si complexe et lié à tant d’autres plans de notre existence que le compartimenter dans une seule maison c’est négliger toute la diversité qu’il présente« .

Conclusions

Bien sûr, comme pour tout autre thème, il y a des maisons et planètes à regarder en priorité lorsque l’on s’intéresse à la sexualité en astrologie. Mais au final, pourquoi ce débat focalise-t-il tant d’attention ? Je pense que le nœud du problème réside dans l’association signes = maisons, ainsi dans le fait de cantonner un thème à une seule maison à tout prix.

Il me semble qu’il est tout à fait nécessaire de se poser la question de pourquoi nous associons tel ou tel thème à telle ou telle maison, et de savoir l’expliquer. Il est également important d’accepter d’une part que les cartes natales peuvent être très différentes d’un individu à un autre, et d’autre part que les significations des maisons sont profondément culturelles. Bien sûr, certaines logiques sont ancrées dans des changements conceptuels — par exemple la joie planétaire de Vénus en maison 5 dans la tradition antique vs la maison 8 associée à Scorpion en astrologie moderne. Mais l’importance du contexte culturel ne peut pas être négligée pour autant.

Je ne pense pas qu’il soit intéressant d’être dogmatique sur ce type de questionnements, « La sexualité est en maison x, c’est comme ça et puis c’est tout ». Nous avons tou·te·s à apprendre de ces discussions-débats, que ce soit d’un point de vue tradition astrologique ou perspective culturelles. Aussi, je nous souhaite beaucoup d’autres discussions animées — mais respectueuses ! — sur l’astrologie et les concepts qui l’animent !


*Personnes zedsexuelles : personnes qui ne sont pas asexuelles / sur le spectre de l’asexualité.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s