Astrologie et éthique au quotidien

This article is available in English in a PDF format, here.

Introduction

Pour beaucoup, l’astrologie c’est fun. Qu’iels soient sceptiques ou non, quand les gens apprennent qu’on a une passion intense pour l’astrologie et qu’on s’y connaît plutôt bien, il est très probable qu’iels posent des questions sur leur signe Solaire, voire demandent qu’on calcule leur charte natale et qu’on la commente.

Et effectivement, l’astrologie c’est fun. Je pourrais en parler des heures ! Cela peut être un super outil d’introspection même si on ne prend pas ça très au sérieux, tout comme des tests de personnalité par exemple. Cela peut aussi être une façon amusante d’apprendre à connaître quelqu’un un peu mieux, et se lier via des placements en commun.

Ce n’est pas que ça, cependant. Au début, quand j’ai commencé à m’intéresser à l’astrologie, je disais aux autres : « Je prends pas ça très au sérieux, mais c’est marrant! ». Et je le croyais moi-même en le disant.

Mais assez rapidement, c’est devenu plus que ça. Et il est venu un moment où je ne pouvais plus nier que je prenais en fait l’astrologie très au sérieux. Oui, bien sûr que l’on peut écrire des banalités pour 12 signes différents afin que les gens s’y retrouvent quoiqu’il arrive, par biais de confirmation ou prophétie auto-réalisatrice. Mais l‘astrologie ne se résume pas à 12 signes solaires — loin de là ! Et plus je découvrais et étudiais, plus je pensais… Beaucoup trop de choses étaient bien trop justes pour que ce soient de simples coïncidences. Par exemple, me renseigner sur les transits de Saturne et voir les correspondances avec certaines périodes de ma vie a été un point de non-retour.

Maintenant, je pense donc qu’il y a quelque chose au-delà de l’aspect pop psychology grand public de l’astrologie.

Et cela pose des problèmes éthiques pour moi quant au partage de ma passion avec certaines autres personnes qui approchent cela de manière désinvolte, insouciante.

Je me fais à l’idée du besoin strict de limites personnelles* pour aborder l’astrologie dans les discussions que j’ai avec les autres ; c’est le sujet de cet article. J’ai réfléchi à des lignes de conduite pour moi-même, et j’ai décidé de les partager ici, et de parler des problèmes de consentement qui peuvent émerger dans l’utilisation décontractée de l’astrologie.

Lire la suite »

Astrologie et empouvoirement

La tendance qu’ont certaines personnes à prétendre qu’une discipline est empouvoirante, queer ou féministe de manière inhérente est quelque chose qui m’agace profondément. J’ai beau être queer et féministe, et viser l’empouvoirement des personnes marginalisées au sein de notre société, je ne vais donc pas prétendre que l’astrologie sert forcément ce but.

Est-ce que j’utilise l’astrologie dans le but d’empouvoirer mes pairs, de promouvoir leur épanouissement et leur émancipation ? Bien entendu. Mais l’astrologie est un outil, pas une idéologie politique. Certaines personnes pratiquent peut-être une forme d’astrologie très similaire à la mienne tout en ayant des convictions politiques contraires aux miennes. Car l’astrologie ne promeut pas en soi le conservatisme ou le progressisme. C’est un ensemble de traditions et de techniques, qui peut être utilisé d’une manière bienveillante ou malveillante.

Lire la suite »