L'astrologie est-elle dangereuse ? azurastrologue.fr

L’astrologie est-elle dangereuse ?

J’ai déjà évoqué plusieurs fois, dans de précédents articles, des notions éthiques sur lesquelles il me semble crucial de réfléchir. Récemment, une personne qui essaye régulièrement de se faire remarquer pour son opposition farouche à l’astrologie en se revendiquant ex-astrologue, Serge Bret-Morel, a poussé un coup de gueule sur Twitter à ce sujet. Je souhaitais aborder le sujet de manière un peu plus poussée qu’en quelques tweets (d’autant qu’à mon humble avis, Twitter ne se prête pas aux débats constructifs).

Tout d’abord, quelques clarifications au sujet de Serge Bret-Morel. Il met régulièrement en avant qu’il a été astrologue par le passé et que cela lui donne une position de choix pour critiquer l’astrologie, qu’il connaît mieux que les personnes auxquelles il s’adresse en ligne. Il y a une certaine mauvaise foi dans cette posture : Bret-Morel a été membre d’une association, et féru d’astrologie, mais il n’a cependant jamais été un astrologue professionnel qui donne des consultations astrologiques, formé au long terme. Je ne pense pas qu’il faille balayer toute critique si elle ne vient pas de quelqu’un qui a déjà été astrologue pro, cependant, je trouve quelque peu malhonnête de se présenter comme un expert alors que ce n’est factuellement pas le cas.

Occupations by Months and the Zodiac

from Wikipedia entry: Image:The Wheel of the Occupations of the Months and the Zodiac.JPG uploaded by Peacay

Details: scorpio-sign.blogspot.com/2008/09/labor-of-month.html

Dans ses critiques de l’astrologie, Bret-Morel avant un pseudo-argument habituel : les signes ne correspondent pas aux constellations, et il prétend que les astrologues l’ignorent. J’ai déjà abordé ce point précis dans un précédent article : n’importe quel·le astrologue un tant soit peu qualifié·e est parfaitement au courant que les constellations et les signes sont distincts. Personnellement, je travaille avec les signes et les constellations, gardant en tête que les signes sont un découpage symbolique du ciel qui ne peut pas être amalgamé avec les constellations. S’il fallait choisir et ne plus travailler avec l’un ou l’autre élément (les signes du zodiaque vs les étoiles fixes), je choisirais de privilégier les étoiles fixes sans hésiter parce que c’est un des domaines qui me passionnent le plus et qui démontre constamment sa pertinence dans mes recherches et ma pratique, mais cela ne signifie pas que je trouve les signes du zodiaque inutiles.

Je comprends que le principe chiffonne quelqu’un qui a une vision scientiste, c’est-à-dire qui s’oppose de manière dogmatique à tout principe qui ne peut pas être démontré par les protocoles scientifiques actuellement en vigueur. Mais prendre les astrologues pour des imbéciles parce qu’iels ne souscrivent pas à la même vision me semble inutilement condescendant, et démontre une ignorance de la réalité des pratiques astrologiques anciennes et contemporaines. C’est aussi une approche particulièrement impérialiste ; il y a cette idée néo-coloniale que ce qui ne rentre pas dans les grilles de lecture établies pour l’Occident est forcément « primitif » . Mon propos n’est évidemment pas qu’il faut jeter tout protocole scientifique aux orties (loin de là !), mais en cantonnant les expériences humaines aux sciences dites « dures » et à ce qu’elles sont en mesure de prouver ou pas, on perd énormément.

Bret-Morel prétend dénoncer l’hégémonie de l’astrologie, son omniprésence qu’il juge dangereuse. J’ai plusieurs observations à ce sujet. Tout d’abord, je pense assez hypocrite de prétendre que l’astrologie est omniprésente ET considérée comme légitime. Qu’une bonne partie de la population s’intéresse à l’astrologie est une chose ; que l’astrologie soit réellement prise au sérieux par la majorité en est une autre. Bien que les memes abondent et que les discussions astrologiques se soient banalisées ces dernières années, il me semble pour le moins culotté de prétendre que l’astrologie est une vision hégémonique…

Cela étant dit, je pense que cette critique mérite d’être prise au sérieux, même si l’astrologie ne l’est pas la plupart du temps, contrairement à ce que Bret-Morel sous-entend. D’où le titre de cet article : l’astrologie est-elle dangereuse ? Ma réponse pourrait surprendre certain·es, mais je pense que oui, l’astrologie peut être dangereuse. En tant qu’astrologue, je constate encore et encore que l’astrologie est un outil puissant. Comme tout outil puissant, il peut être utilisé avec sagesse, tact et bienveillance dans le cadre d’une éthique solide… ou pas. Et c’est tout le problème, et là où je pense qu’en tant qu’astrologues et amateur·es d’astrologie, il est important de réfléchir à ce que Bret-Morel dit, et ce même s’il semble d’une mauvaise foi incommensurable.

Je trouve que cela peut poser problème de balayer la critique de Bret-Morel en disant simplement « Mais non, l’astrologie n’es pas prise au sérieux, donc son argument se casse la gueule, c’est n’importe quoi, l’astrologie n’est pas dangereuse comme il le prétend » . Le fait que l’astrologie soit dénigrée par la communauté scientifique et par la plupart des gens ne signifie pas que personne ne peut faire de dégâts via l’astrologie. Cependant, il me semble important de ne pas se leurrer en s’imaginant que parce qu’une profession est légitimée par les institutions scientifiques, et régulée par celles-ci, il n’y aura pas de dégâts : les violences médicales sont une réalité indéniable, par exemple. In fine, il s’agit d’être lucide quant au pouvoir auquel on a accès, et d’être bien au clair sur ce que l’on en fait. En tant qu’astrologues, il ne me semble pas avisé de faire l’économie de cette réflexion.

J’aimerais d’ailleurs souligner que le fait que l’astrologie ne soit pas prise au sérieux me semble représenter parfois une partie du problème vis-à-vis des conduites potentiellement dangereuses. Il peut être facile, pour certaines personnes débutantes, de ne pas prendre au sérieux ce qu’elles font, et ainsi de ne pas suffisamment prendre leurs responsabilités au niveau éthique : pratiquer l’astrologie comme si c’était anodin, et ne pas appliquer les précautions qui seraient cruciales pour en faire bon usage, el que le respect du consentemnt d’autrui, de la confidentialité, des pratiques trauma-informed (qui réduisent les dangers pour les survivant·es d’abus), etc.

Ainsi, j’ai déjà évoqué par le passé le fait qu’enfermer les gens dans des clichés astrologiques pouvait être vraiment dommageable. C’est le cas lorsque l’on a une approche superficielle qui se cantonne aux placements du Soleil en signes du zodiaque, mais aussi lorsque l’on s’y connaît davantage. En tant qu’astrologue qui donne des consultations d’astrologie natale, il s’agit parfois en consultation de rassurer les gens par rapport à leurs placements qui ont été vilifiés, ou d’apporter de la nuance dans une vision très stéréotypée qui leur a été communiquée.

Par ailleurs, avoir une vision plus nuancée d’une nativité ne justifie pas pour autant d’imposer sa lecture à qui que ce soit, ou d’utiliser ses connaissances avec méchanceté, pour rabaisser ou enfermer autrui dans ses potentiels les plus sombres. Il est d’une importance primordiale pour toutes les personnes qui pratiquent l’astrologie, particulièrement celleux qui s’expriment à ce sujet publiquement, de garder en tête qu’un même placement s’illustre d’une variété de manières différentes, non seulement d’un individu à l’autre mais aussi pour un même individu au cours d’une vie.

L’astrologue peut être dangereuse, lorsque l’on prétend justifier des actes abusifs graves par une certaine configuration natale. L’astrologie peut être dangereuse, lorsque l’on ôte l’agentivité de personnes vulnérabilisées en leur imposant une vision précise de leurs placements natals sans prêter attention à leurs réels besoins et demandes. L’astrologie peut être dangereuse, si l’on se berce de l’illusion qu’elle est inoffensive et qu’on l’utilise avec désinvolture.

Je pense qu’il est extrêmement important pour les personnes qui exercent une profession qui s’apparente à une relation d’aide (et ce, même si elle n’est pas généralement qualifiée comme telle) de se former un minimum pour s’assurer de ne pas retraumatiser des personnes vulnérables. Si l’on est astrologue, cartomancien·ne… Statistiquement, l’on sera forcément confronté à des personnes qui a un vécu de trauma, tôt ou tard. Bien sûr, il ne s’agit pas d’exercer une fonction de thérapeute plutôt que son métier d’astrologue (même s’il est possible, dans l’absolu, de combiner astrologie et psychothérapie) mais simplement de pouvoir naviguer les interactions avec sa clientèle de façon compétente en ce qui concerne la vulnérabilité.

À ce titre, je ne suis pas particulièrement enthousiaste de voir l’astrologie utilisée par des grandes entreprises pour promouvoir leurs produits (« Les signes du zodiaque comme produits de chez x enseigne de fast-food ! »), surtout qu’il s’agit d’une forme de signologie extrêmement réductrice. Je pense que l’on se porterait tou·tes mieux avec un peu de moins de la même soupe, selon laquelle Bélier serait un gros bébé immature et impulsif, Capricorne une machine capitaliste, et ainsi de suite. Bien que l’on traite de déterminisme avec l’astrologie, cela me peine de voir des gens se décrire de manière aussi simplifiée. La nativité comprend bien plus que le signe Solaire !

Pour autant, je trouve étrange de prétendre vouloir réduire les astrologues au silence parce que certaines personnes ont une utilisation de l’astrologie que l’on pourrait qualifier de bancale ou réductrice. À lire Bret-Morel, on dirait qu’il essaye d’attaquer une pyramide de Ponzi ou autre arnaque de grande ampleur qui met en grave danger la santé et le bien-être général de millions de personnes. Bien que je ne doute pas qu’il soit possible de faire des dégâts grave à l’aide de l’astrologie (comme avec à peu près tout autre outil mal utilisé), j’ai du mal à voir une situation urgente ici… Essayer de clarifier les enjeux de l’astrologie pour que tout un chacun puisse faire un choix informé me semble louable dans l’absolu, mais il ne me semble pas que ce soit le rôle d’une personne qui n’a pas de réelle expertise du sujet, qui se plaît à diffuser des préjugés, et qui a développé une détestation de l’astrologie du fait de ses propres expériences personnelles mal digérées.

J’ajouterais qu’à titre personnel, l’astrologie s’inscrit dans une vision du monde que je décrirais comme animiste. Je n’approche pas les astres comme des gros cailloux inanimés : je les étudie d’une variété de manières mais je suis aussi en relation avec, dans une perspective dévotionnelle. Je suis astrologue ET astrolâtre ; ce n’est pas le cas de tou·tes mes collègues astrologues, mais nous existons. Bien sûr, je ne cherche pas à imposer cette vision à qui que ce soit, et j’abhorre le prosélytisme de toute sorte ! Mais du fait de cette approche, les critiques récurrentes des astro-sceptiques m’ont fait réfléchir à auttre chose.

Parfois, j’ai l’impression que certaines personnes se défoulent sur l’astrologie en exprimant tout leur mépris pour les croyances, et ce même si le champ de l’astrologie et de l’astrolâtrie est à mille lieux du dogmatisme religieux qui érode les droits humains de par le monde. Je ne peux pas m’empêcher de penser que l’énergie passée à essayer de « débunker » l’astrologie à tout prix serait mieux utilisée à contrer le christofascisme extrêmement organisé qui a déjà réussi à attaquer le droit à l’avortement aux Étas-Unis et qui s’élève de plus en plus contre les durs acquis du féminisme et des mouvements LGBTQ+. Je ne pense pas que le mal qui menace la jeunesse en ce moment soit l’astrologie, alors que l’on voit la montée de l’extrême-droite au Parlement, les têtes de proue d’un mouvement ouvertement et violemment transphobe invitées chez une députée, une crise sanitaire continue…

Je ne cherche pas à sous-entendre par là que ces problématiques ne peuvent pas s’entrecroiser. Je constate que certaines personnes dans le milieu de l’astrologie ont des positions très différentes des miennes et que je considère comme dangereuses, notamment vis-à-vis des droits des femmes. L’essentialisation à la sauce « féminin sacré » est un réel problème, et les liens entre le New Age et le fascisme ne sont plus à prouver. C’est d’ailleurs quelque chose que ma collègue astrologue Annabelle Lhem aborde régulièrement, notamment sur son podcast d’activisme spirituel « La Good Vibe Only » . La critique d’une approche sexiste des délinéations astrologiques est aussi présente dans le travail de Mathilde Fachan ; son livre « Le Zodiaque a-t-il un sexe ? » est dans ma pile à lire. Les biais impérialistes dans les délinéations astrologiques sont questionnés par bon nombre de mes collègues, notamment Alice Sparkly Kat dans Post-Colonial Astrology.

Ce ne sont pas les seules voix à s’élever pour dénoncer des dérives sectaires, des pratiques peu éthiques ou des visions dangereusement étriquées. Il me semble donc malvenu de faire un amalgame, et de prétendre que l’astrologie est globalement dans une logique essentialiste ; si l’on connaît un tant soit peu l’actualité du milieu des astrologues, on peut constater qu’il y a énormément de discussions sur ces sujets et des pratiques qui remettent en question les rapports de pouvoir qui traversent la société ; peut-êre davantage chez les anglophones (ce qui semble logique statistiquement) mais aussi de plus en plus chez les francophones. Je souhaite qu’elles continuent. J’inclus en fin d’article des ressources (anglophones) pour aller plus loin ; n’hésitez pas à laisser vos propres recommandations en commentaires si vous le souhaitez.

En somme, j’aimerais inviter mes collègues astrologues et tou·tes les amateur·es d’astrologie à prendre le temps de réfléchir à leurs positionnements éthiques lorsqu’une critique émerge sans forcément se braquer et rejeter tout en bloc (et ainsi passer à côté de questionnements intéressants), mais j’aimerais aussi encourager les personnes qui prétendent militer contre l’astrologie, surtout sous prétexte que les jeunes y sont particulièrement « vulnérables » , à revoir leurs priorités.

Il y aurait probablement beaucoup d’autres choses à explorer quant à la potentielle dangerosité de l’astrologie, notamment sur les questions de déterminisme et ce que cela soulève, mais je pense que j’aborderai cela dans de prochains articles ! Si vous avez des remarques, des questions ou des critiques constructives, n’hésitez pas à laisser un commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s