Garder le secret, l'étoile fixe Murzims par Chloe Margherita, azurastrologue.fr

Garder le secret : l’étoile fixe Murzims, par Chloe Margherita

Mon estimée collègue Chloe Margherita, astrologue spécialisée dans les étoiles fixes, a gracieusement accepté que je traduise son texte au sujet de Murzims publié en février 2022. Si vous le souhaitez, vous pouvez lire la version originale en anglais ici.

J’apprécie énormément les écrits de Chloe en général, et je vous recommande vivement sa newsletter Recent Bedroom si vous êtes à l’aise en anglais et que les étoiles fixes vous intéressent.

[Nota bene : Les critiques constructives au sujet de ma traduction ne sont pas malvenues, n’hésitez pas à m’envoyer un email ou à laisser un commentaire si vous songez qu’une correction serait à faire.]

Garder le secret : à propos de l’étoile fixe Murzims

Dans Les mythes Celtes : la Déesse Blanche, un livre explorant les origines des mythes poétiques, Robert Graves raconte l’histoire de Cad Goddeu ou « Le Livre de l’Arbre », un poème médiéval gallois préservé dans le manuscrit du 14ème siècle « Le Livre de Taliesin ». Ce poème raconte l’histoire d’une bataille entre Gwydion, un farceur héroïque, et Arawn, Seigneur d’Annwn (« L’endroit sans fond »), bataille causée par le vol de trois des possessions de ce dernier : un chien, un chevreuil et un vanneau. Au-delà de la valeur de chaque animal, la colère d’Arawn suite à ce vol est aussi dûe au fait que ces trois animaux permettent à Gwydion de deviner le nom secret du dieu Bran. « Une fois que le nom secret d’un dieu a été découvert », fait remarquer Graves, « les ennemi·es de son peuple pourraient faire de la magie destructrice contre elleux avec cette information ».

En d’autres termes, connaître le vrai nom de quelque chose signifie avoir une emprise dessus. Peu étonnant alors qu’Arawn emploie trois animaux afin d’empêcher cette découverte, car chacun des animaux a un rôle unique. Dans La Déesse Blanche, « ‘Chien’ signifie ‘garder le secret’, Chevreuil signifie ‘cacher le secret’ et Vanneau signifie ‘Déguiser le secret’ ».

Aujourd’hui nous traitons de Murzims, l’autre étoile primaire de la constellation Canis Major, et nous nous concentrerons donc sur la première partie de cette triade. Il est entendu que le rôle du chien n’est pas de voiler, de duper ou d’enchanter : le rôle du chien est de protéger, de marquer ce qui est important par sa présence vigilante.

Murzims est chargée d’une tâche similaire. Avant de recevoir une interprétation astrologique, cette étoile était connue comme celle qui se levait juste avant Sirius, l’étoile la plus brillante du ciel. En effet, j’ai moi-même confondu Murzims pour sa compagne plus brillante car les deux étoiles attirent vivement l’oeil de manière amicale mais insistante. Pas étonnant que Murzims soit connue comme « L’Annonciatrice ». Bernadette Brady nous dit que, en astrologie des étoiles fixes, « sa nature est d’annoncer, de faire du bruit, de se faire entendre ». Plus spécifiquement, la personne influencée par Murzims « semble souvent porter un message ou avoir quelque chose d’important à dire ».

Pour comprendre cette connexion nous devons remonter le temps, et revenir à notre relation première avec le chien.

Les Mots Courant au Devant des Orateur·ices

Depuis des millénaires, lorsque nos voix ne suffisent pas, notre principale manière de transmettre des informations a été l’écriture. Mais avant cela, nous avions les chiens. Les chiens ont été domestiqués des milliers d’années avant l’écriture, et ont agit comme nos gardiens et émissaires depuis lors. Le Livre des Symboles spécule que l’on pourrait imaginer « que le premier acte de l’humanité, une fois levée et consciente, a été d’apprivoiser et de nouer un lien d’amitié avec le chien, car nous avons été liés intimement avec notre ultime ami et allié animal depuis des milliers d’années ». La symbiose entre le chien et l’homme est claire et primordiale, tout comme le désir de communiquer les un·es avec les autres. Bien qu’il y ait un élément de contrôle dans la domestication, il y a une loyauté sous-jacente à l’archétype canin, qui s’assure que nos animaux voudront remplir leurs tâches avec fidélité plutôt que de ruser ou travailler contre nous. En effet, Canis Major émerge aux côtés d’Orion, le chasseur, comme son compagnon fidèle dans la chasse.

Mais l’animal et l’humain n’avancent pas toujours en s’emboîtant le pas. Tandis que l’esprit humain est lié à l’intellect et à la conscience, le chien est gouverné par le feu instinctif des sens, qui s’étend d’un odorat et d’un sens gustatif supérieur à la capacité de voir la vérité au coeur de quelqu’un même si ses mots sonnent vrai. Le Livre des Symboles reconnaît au chien la capacité de s’aventurer dans les bois inconnus et de revenir avec le gibier ou « ce que l’on a perdu », se prouvant ainsi comme « l’extension de l’humanité dans des royaumes où nous ne pourrions pas aller sans l’aide de ce guide ». En effet, ses instincts le poussent souvent à bondir devant son maître, rappelant un héraut ou messager annonçant l’arrivée du roi. Manilius attribue une qualité prophétique à cette vitesse : « Quand [Murzims] pose sa torche sur la terre et décharge ses rayons, la terre anticipe sa conflagration et goûte son destin ultime. » Il associe aussi Murzims à quand « Les mots courent au devant des orateur·ices: l’esprit va trop vite pour la bouche », en miroir à l’énonciation poétique et quasi-démente des prophètes.

Celleux avec Murzims en paran à leur thème auront probablement le pouvoir des mots avant même de prendre conscience de leur portée. Iels pourraient se trouver à dire des choses qui ont peu de sens ou qui semblent « sortir de nulle part ». Peut-être que lors de leur enfance, iels ont fait une observation qui a agacé les adultes, et appris à quel point parler de ce qu’iels voient peut être puissant (et dangereux). D’autres les accuseraient peut-être d’être des pipelettes ou quelqu’un qui gaspille ses mots. Mais leur véritable maître est au-delà du sens ; on ne sait pas pourquoi un chien aboie à telle heure de la nuit, ou ce qu’il dit ; mais comme le symbolisme le suggère, peut-être n’a-t-il pas besoin de le savoir, car il n’est pas la source du contenu du tout. Les natif·ves de Murzims n’ont pas besoin d’avoir pleinement conscience de la portée de ce qu’iels disent ou pourquoi iels le disent : l’idée est de parler lorsqu’iels y sont forcé·es, car peut-être parlent-iels pour un maître plus intelligent et puissant.

L’Endroit Sans Fond

En volant le chien du chef d’Annwn, « L’Endroit Sans Fond », Gwydion fait la lumière sur ce qui était précédemment ignoré. C’est ce que nous présente le savoir, l’information, la vérité : la capacité à illuminer ce qui était autrefois sombre et mystérieux. En étant un ami de confiance pour les humains tout en maintenant les instincts sauvages du royaume animal, les chiens servent souvent de ponts entre « le connu et l’inconnu… la psyché et l’âme ». Et bien que Manilius voie une absurdité dans les effusions de cette étoile, je crois que les mots « courant au devant de leurs orateur·ices » démontrent que les natif·ves de Murzims pourraient arriver à des prises de conscience avant de savoir comment iels y sont arrivé·es. Rappelez-vous que Gwydion n’a pas utilisé sa logique pour découvrir le nom secret de Bran ; avec l’aide du chien volé, il l’a deviné.

Pour bien collaborer avec Murzims, l’on doit s’autoriser à tâtonner au bord du savoir, impliquant à la fois l’esprit et les sens, et laisser l’information venir de sources mystérieuses. Quand il s’agit de chasse, le chien ne fournit pas d’explications sur comment il a trouvé le canard tombé, mais il se rattrape avec la chose en elle-même dans ses babines. Cette efficacité demande de suivre ses instincts et de faire confiance. Cela implique la bonne volonté d’élargir la notion du savoir, comment on sait et ce que l’on sait.

Le Gardien

Dans son conte du Chien, Chevreuil et Vanneau, Robert Graves distingue le pouvoir de chaque animal : « ‘Chien’ signifie ‘garder le secret’, Chevreuil signifie ‘cacher le secret’ et Vanneau signifie ‘Déguiser le secret’ ». Durant des millénaires, les chiens ont été non seulement nos amis mais aussi nos protecteurs. Avec des figures comme Cerbère et Anubis, nous voyons les chiens associés au gardiennage des défunts dans l’outremonde. Dans les cultures celtiques, il était coutumier d’enterrer le chien décédé de la famille sous l’escalier menant à la porte d’entrée de la maison, afin que son esprit puisse continuer à protéger ses ancien·nes maître·sses.

Avec Murzims, on voit cette énergie gardienne se manifester dans la compréhension que l’information peut être sacrée. Sans les sages intendant·es de nos traditions qui les écrivent et les disent à la génération suivante, tant de savoir vital du passé serait détruit et, d’ailleurs, une grande partie l’a déjà été. Mais les natif·ves de Murzims savent que ce qu’iels ont à partager ne vient pas seulement d’elleux, et n’est pas seulement pour elleux. Iels souhaitent préserver ce qu’iels ont appris pour que les autres puissent en bénéficier et le transmettre à leur tour. Il y a une générosité inhérente au chien et à cette étoile ; la satisfaction ne vient pas seulement dans la révélation mais dans la capacité à la partager partout. L’on doit vouloir être loyal·e au message original et le protéger de l’altération ou la dilution. Cela implique de s’extraire de l’ego et d’aller dans le corps comme vaisseau pour cette information. Mais être en service à quelque chose de plus grand : quelle meilleure raison d’être peut-il y avoir ?

L’une de mes figures de Murzims préférée est Voltaire, qui avait Murzims sur le Nadir quand son placement de Saturne culminait. Quand Saturne est en paran à une étoile, cela lui impartit un effet durable, et c’est lié à ce que nous construisons avec nos vies ainsi que ce que nous laissons derrière nous. Voltaire était connu comme écrivain, philosophe, historien qui a écrit plus de 20000 lettres et 2000 livres et pamphlets. Je suis sûre que pour beaucoup, cela semble irrationnel d’avoir autant à dire, mais avec Murzims, il y a une compréhension inhérente de tout ce qu’il y a là-dehors, ainsi qu’un désir d’aider les autres à y avoir accès, même si cela semble redondant ou mystérieux. Je crois aussi que, en essence, son héritage peut être résumé par ce célèbre extrait de son roman Candide: « Il faut cultiver notre jardin ».

Si cette phrase était tout ce qui demeurait de l’héritage de Voltaire, j’ai du mal à imaginer qu’il objecterait.

C’est à nous de décider ce que nous faisons de ce prix. Le travail de Murzims est déjà complet.

Sources :

Pour rappel final, vous pouvez retrouver Chloe Margherita sur son site web et via sa newsletter, Recent Bedroom. Elle propose également des consultations dédiées aux étoiles fixes.

C’est également mon cas ; les informations pour prendre rendez-vous sont par ici.

Les articles que je publie sur ce blog sont le fruit de beaucoup d’étude et de recherche bénévole pour rendre les connaissances astrologiques plus accessibles ; si vous souhaitez soutenir ce travail et si la perspective de contenus exclusifs (non publiés sur ce blog) vous intéresse, je vous encourage à aller voir ma page Patreon.

6 réflexions sur “Garder le secret : l’étoile fixe Murzims, par Chloe Margherita

  1. Bonjour,
    En utilisant votre tuto pour paran et étoile ( merci) dans votre dernier article sur une étoile, j’ai remarqué dans la section Nadir la lune avec Murzims.
    Ici vous dites que saturne donne un effet durable avec l’étoile en paran.
    Pour la lune ce serait quelque chose de plus éphémère ou sur le coup d’une émotion?

    J’aime

    • Bonjour,
      Je me réjouis que le tutoriel vous soit utile !
      Je ne dirais pas que les parans à la Lune sont éphémères. Évaluer la signification d’un paran à la Lune dépend de différents paramètres ; les significations générales de la Lune (santé, corporalité, matérialité, intuition, émotions, figures nourricières, messages, etc) en font partie, mais j’observerais aussi quel est le rôle de la Lune spécifique à la nativité (par exemple, si la Lune gouverne la maison 2, il y a un lien aux finances personnelles ; si elle gouverne la maison 7, c’est un indicateur des relations et partenariats, et ainsi de suite).
      Je pense que tous les parans indiquent quelque chose de profond et durable dans une certaine mesure, mais Saturne étant la planète de ce qui est ancien, ancestral, les parans à Saturne peuvent refléter quelque chose en lien avec cela. Là aussi cependant, à voir en fonction du reste du thème et du rôle spécifique qu’y joue Saturne !
      Bien à vous

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s