La Grande Conjonction, Saturne et Jupiter en Verseau 2020

J’ai déjà évoqué la Grande Conjonction dans l’article sur les transits de décembre 2020, mais je me suis dit que ça valait le coup d’en reparler dans un article dédié !

Qu’est-ce qu’une Grande Conjonction ?

Une Grande Conjonction est une conjonction des planètes Saturne et Jupiter, c’est-à-dire un moment où, depuis la perspective de la Terre, ces deux planètes sont alignées dans le ciel à l’exact même degré du zodiaque. Ci-dessous, une superposition des positions de Saturne et Jupiter au fil des jours, se rapprochant progressivement dans le ciel.

Lire la suite »
une personne aux cheveux pastels se tient la tête légèrement baissée, les yeux fermés, l'air paisible et résolu ; trois feuilles d'une plante l'entourent ; le fond est violet clair, et le texte "i break all spells that keep me asleep to my own power" la surmonte

Éclipse solaire en Cancer

J’avais écrit sur l’éclipse solaire de ce 21 juin 2020 dans l’article sur les transits du mois de juin. Je voulais simplement partager ma traduction d’une partie de l‘horoscope réalisé à l’occasion de l’éclipse par l’astrologue Chani Nicholas, que j’ai trouvé particulièrement excellent. Il s’agit de l’horoscope destiné aux personnes ayant un Soleil ou un Ascendant natal en Cancer. Voici l’article en anglais original, avec les horoscopes pour chaque Soleil et Ascendant.


Lire la suite »

Équipe de jour, équipe de nuit

illustration de couverture : Chris Brennan

Introduction

Lorsque l’on étudie l’astrologie hellénistique à base de sources anglophones, le concept de sect survient rapidement. Sect est une traduction anglaise du mot grec hairesis (αἵρεσις), qui était utilisé durant la période gréco-romaine pour désigner un groupe, une faction, une équipe de personnes qui adhèrent à un ensemble de vues spécifiques ; par exemple un groupe religieux ou philosophique (mais sans la connotation actuelle d’extrémisme !). Par exemple, aujourd’hui les chrétien·ne·s représenteraient une hairesis tandis que les musulman·e·s représenteraient une hairesis différente. Le terme « secte » est utilisé pour cela dans des textes théologiques, et à ce titre nous pourrions choisir de le conserver ici, mais je considère que la clarté dans notre contexte actuel doit ici être la priorité. Après discussion avec des collègues, j’ai décidé d’utiliser le terme d’équipe, comme le fait l’astrologue Chani Nicholas, car il a le mérite d’être clair et particulièrement accessible.

Cet article se veut une brève introduction au concept de hairesis, et ne saurait prétendre à l’exhaustivité !

Lire la suite »
sur fond blanc, en noir, citation d'André Barbault de 2011 : "Il se pourrait bien que nous soyons sérieusement menacés d’une nouvelle pandémie au cap de 2020-2021", avec une illustration tirée de son article, qui représente un homme avec une longue barbe et un chapeau, qui observe des étoiles sur un globe qu'il tient à la main

Si vous voulez critiquer l’astrologie, faites-le avec bonne foi

Un article récent du journal américain The New York Times* a fait quelques remous dans la communauté astrologique. Les astrologues sont particulièrement agacé·e·s par la malhonnêteté intellectuelle dont fait preuve l’autrice, Hayley Phelan.

L’article, intitulé « Will Coronavirus Kill Astrology? » (« Le coronavirus tuera-t-il l’astrologie ? »), reprend un argument habituel des sceptiques de l’astrologie : la Science a affirmé que l’astrologie n’était pas fiable, et les psychologues s’accordent à dire que l’astrologie attire car elle se reposerait sur des biais de confirmation. Les biais de confirmations peuvent être décrits comme la tendance humaine à rechercher en priorité des informations qui confirment ce que l’on sait déjà — une mémoire sélective au service de ses propres convictions.

Il est particulièrement ironique que Hayley Phelan mette en avant les biais de confirmation, car les astrologues qu’elle présente dans son article ne sont pas choisi·e·s au hasard. Elle met en avant Susan Miller, astrologue qui avait prédit une année 2020 prospère, en précisant dès la première ligne qu’elle est une astrologue reconnue comme fiable… Sans vraiment expliquer en quoi, ce que je trouve un peu dommage. Phelan ne précise pas que Susan Miller n’est absolument pas spécialisée en astrologie mondiale, la branche de l’astrologie qui serait à même de se pencher sur les cycles liés aux pandémies.

Lire la suite »