Vesta, déesse du feu sacré

Aujourd’hui, 19 janvier 2021, Vesta stationne rétrograde en Vierge. Si vous ne connaissez pas du tout Vesta, ou très peu, cet article est pour vous.

Je dois remercier l’astrologue Demetra George, qui a attisé ma curiosité au sujet des astéroïdes dans un épisode de The Astrology Podcast. Demetra George a été une pionnière dans l’utilisation des astéroïdes et tout particulièrement de ce qu’elle appelle « Asteroid Goddesses », les astéroïdes déesses : Cérès, Pallas Athéna, Junon et Vesta. Elle a écrit un livre à ce sujet en 1986, et a depuis donné un certain nombre de conférences sur l’intégration des astéroïdes en astrologie natale et mondiale. Par exemple, elle a présenté deux webinaires sur les astéroïdes déesses et le féminisme.

Dans son livre Asteroid Goddesses, elle explore la mythologie de Cérès, Pallas Athéna, Junon et Vesta en profondeur, et j’ai trouvé cela fascinant. Demetra George a fait des recherches poussées, qu’elle source rigoureusement. Or, toutes ces déesses ont une histoire et une mythologie qui pré-date le panthéon gréco-romain, et qui a été appropriée ensuite. Se plonger dans ces mythes, c’est donc aussi découvrir l’histoire de l’impérialisme patriarcal gréco-romain. Dans cet article, je m’intéresserai plus particulièrement à Vesta.

Mythologie : Hestia-Vesta, la flamme éternelle

Vesta, ou Hestia de son nom grec, est symbolisée par la jeune fille du pictographe du signe de Vierge. Elle a émigré en Grèce depuis la Crète mycénienne très tôt, et était vénérée comme déesse du foyer et gardienne de la flamme sacrée. Bien qu’à l’époque il n’existe pas d’images d’elle, elle était célébrée dans toutes les villes grecques, où un autel lui était érigé. Le feu symbolisait l’unité et la cohésion entre la famille et l’état. Quand les grecs ont émigré vers des terres étrangères, ils ont emmené une portion du feu avec eux afin de lier leur nouvelle communauté à leur terre-mère. Les jeunes filles qui se mariaient amenaient le feu du foyer de leur mère afin de commencer leur propre feu.

gravure représentant Vesta

Dans la mythologie grecque, Hestia était la première olympienne à être née de Kronos (Saturne) et Rhéa, et la dernière à renaître lorsque Zeus (Jupiter) libéra ses adelphes de l’estomac de Saturne. Parce qu’elle est la première des olympiennes, la tradition grecque voulait que les cérémonies commencent avec une offrande à son autel. Elle recevait la meilleure part des sacrifices offerts aux temples des autres dieux. Hestia incarnait les accords honnêtes et fidèles ; son nom était utilisé pour sceller des vœux et contrats sociaux. Hestia gouvernait également la loi sacrée de l’hospitalité ; son foyer était considéré comme un sanctuaire de protection.

[avertissement de contenu pour la section suivante : violences patriarcales, mort, sexualité]

Les vestales virginales

Les romains suivirent les grecs, adoptèrent Hestia et la renommèrent Vesta. Le deuxième roi de Rome, Numa Pompilius, construisit un temple en son honneur afin de garantir la sécurité de Rome ; le centre du temple contenait le feu éternel de Vesta.

photographie des ruines du temple de Vesta

La responsabilité sacrée d’entretenir les flammes fut donnée aux prêtresses de Vesta, les vestales virginales. Les vestales étaient admises au temple dès l’âge de six ans, et prenaient des vœux de chasteté et de célibat qui duraient tout au long de leur service de 30 ans. En plus d’entretenir le feu sacré, leur devoir incluait la responsabilité de purifier l’autel chaque matin avec de l’eau sacrée, de réaliser des dévotions et des offrandes journalières, et de garder des reliques sacrées. Au terme de leur service, les prêtresses étaient libres de partir et se marier, mais apparemment peu le faisaient.

Les vestales possèdent un statut juridique très particulier : contrairement aux autres femmes romaines qui sont légalement mineures toutes leurs vies, elle sont affranchies de l’autorité paternelle, exemptées de la tutelle, et elles avaient le droit de rédiger leur testament du vivant de leur père.

Les vestales témoignent sans le serment coutumier, leur parole ne pouvant faire aucun doute. L’inviolabilité du temple de Vesta et de la personne de ses prêtresses faisait qu’on déposait entre les mains de celles-ci les testaments ou les documents d’État comme les traités publics qu’on voulait mettre en sûreté, et parfois même certains traités solennels. Elles témoignaient sans prêter serment à un procès. Leur personne est sacro-sainte : la mort est la peine pour avoir blessé leur personne et elles ont des escortes pour les protéger. Les vestales qui étaient condamnées à mort étaient enterrées vivantes, car leur sang ne pouvait être versé. Lorsqu’une vestale rencontre un condamné qu’on mène au supplice, elle a le droit de demander qu’il soit gracié, à la condition toutefois de jurer que la rencontre est fortuite. Les vestales virginales incarnaient donc la pureté, la protection divine et la sécurité.

Un festival annuel avait lieu pour célébrer Vesta le 1er mars. Le 9 juin, le temple était ouvert aux matronnes de la cité qui apportaient des plateaux de nourriture préparés sur leurs propres feux. Après une semaine d’offrandes, le temple était clôt, nettoyé et purifié.

Le culte de Vesta fut aboli par l’empereur chrétien Théodose 1er au 5ème siècle, le même qui abolit le culture de Cérès-Déméter.

image du glyphe de Vesta
glyphe de Vesta

[avertissement de contenu pour la section suivante : sexualité]

Les origines pré-hellénistiques de Hestia-Vesta

En Grèce pré-hellénistique, la divinité en chef était la grande déesse-mère, que l’on vénérait en entretenant une flamme sacrée qui ne devait pas s’éteindre. Les femmes qui s’occupaient de ce feu étaient désignées comme vierges, non pas parce qu’elles étaient sexuellement chastes, mais parce qu’elles ne se mariaient pas et n’appartenaient à aucun homme. Les vierges existaient entières et complètes en elles-mêmes : elles n’avaient pas besoin d’être définies ou contrôlées par des hommes.

Ces vestales avaient également un rôle sexuel sacré : des hommes venaient au temple pour honorer la déesse et prendre part à une union sacrée. L’usage que les vestales faisaient de la sexualité n’était ici pas pour satisfaire leurs propres envies, attirer un mari, ou procréer : l’objectif était dévotionnel, la sexualité étant vue comme permettant de mettre en contact le pouvoir fertile de la déesse avec les autres humains. Par ailleurs, tout enfant né d’une vestale à la suite d’une telle union était considéré divin, et prenait part à la succession royale.

statuette représentant Vesta et son feu

Les vestales transmettaient la lignée royale ainsi : chaque année au milieu de l’été, une fête de mariage était organisée pour la reine-chêne et le roi-chêne, durant laquelle six vestales s’accouplaient avec six des douze compagnons du roi-chêne. Cette orgie sacrée avait lieu dans l’obscurité d’une cave, afin que cela se déroule de manière anonyme et que la paternité des enfants qui pourraient en résulter reste secrète. Ce rite était répété lors du festival de mi-hiver, les Saturnales. Si à la suite de cela, la reine-chêne n’avait pas d’enfant, le nouveau roi était choisi parmi les enfants nés des vestales, et servait un an.

Ceci explique les origines de la légende qui décrit les rois latins comme étant nés d’une mère vierge, sans père connu ou étant considérés comme enfants d’un dieu. Beaucoup des rois des débuts de Rome étaient en fait nés de vestales ; le plus connu d’entre eux est Romulus, le premier roi de Rome, né de la vestale Rhéa Silvia.

[avertissement de contenu pour le paragraphe suivant : inceste]

Le focus religieux et politique de la communauté était le foyer de la maison royale, dont le feu était entretenu par les princesses de la lignée royale : les vestales virginales. Cependant, le temps passant et la culture patriarcale gagnant en proéminence, l’établissement de la lignée royale fut organisé autrement afin que les rois conservent leurs trônes. Graduellement, le trône fut gardé 4 ans plutôt qu’un, puis 8, puis 19, jusqu’à ce que cela devienne un poste à vie. Afin de garantir que la lignée reste du côté des hommes, si la reine mourait, le roi épousait sa propre fille ou sa descendante, ou encore arrangeait le mariage de son fils avec l’une d’elles.

Les vestales furent dont réduites par la culture patriarcale au rôle de nonnes, stériles, « vieilles filles ». Il n’y a bien entendu aucun problème avec ces rôles du moment qu’ils sont choisis librement. Ici, il s’agit cependant bien d’une répression patriarcale violente. L’essence de la tradition original de Vesta consistait en des rites sexuels qui célébraient la fertilité et les pouvoirs régénératifs de la déesse ; pour cette raison, Vesta était vénérée comme la maternité idéalisée. Le règne patriarcal a transformé les fonctions de Vesta et en a fait une icône de pureté et de chasteté sexuelle.

Thèmes associés à Vesta

image du corps céleste de Vesta

Déesse du feu sacré et du foyer, Vesta est associée aux principes de concentration et d’engagement, de dévotion voire de fanatisme, du sacré, ainsi qu’une approche peu conventionnelle de la sexualité et de l’intimité ; que ce soit dans une dynamique de répression sexuelle ou au contraire, de grande liberté.

Vesta ne gouverne pas un signe à la manière de Vénus ou Jupiter, mais on lui prête une affinité aux signes de Vierge et de Scorpion, reflétant la dualité de sa mythologie. Pour analyser Vesta dans un thème natal, comme pour toutes les astéroïdes déesses, on observe les aspects formés aux angles ou aux autres astres. On manque de ressources sur les délinéations des astéroïdes que ce soit en astrologie natale ou en astrologie mondiale, c’est un domaine qui se prête à davantage de recherches et qu’il serait difficile de résumer ici ! J’écrirai probablement d’autres articles au fur et à mesure de mes explorations de ce sujet.

Transits en 2021

À l’heure où j’écris cet article, le 19 janvier, Vesta stationne rétrograde à 21° de Vierge, et rétrogradera jusqu’au 20 avril où elle sera directe à nouveau, à 6° de Vierge.

Ci-dessous, un récapitulatif des transits importants de Vesta en 2021 :

Janvier

  • Vesta stationne rétrograde en Vierge le 19 janvier
  • Vesta trigone Vénus en Capricorne le 25 janvier
  • Vesta Rx oppose Cérès en Poissons le 28 janvier

Février

  • Vesta Rx oppose Neptune en Poissons le 10 février
  • Mars en Taureau trigone Vesta Rx le 12 février
  • Vesta Rx carré Junon en Sagittaire le 19 février
  • Vesta Rx carré le Noeud Ascendant en Gémeaux le 24 février

Mars

  • Vesta Rx oppose le Soleil en Poissons le 4 mars
  • Vénus oppose Vesta Rx le 8 mars
  • Mars en Gémeaux carré Vesta Rx le 21 mars
  • Mercure en Poissons oppose Vesta Rx le 22 mars
  • Vesta Rx trigone Uranus le 28 mars

Avril

  • Pallas Athéna en Poissons oppose Vesta Rx le 2 avril
  • Vénus en Taureau trigone Vesta Rx le 20 avril
  • Vesta stationne directe en Vierge le 20 avril
  • Mercure en Taureau trigone Vesta le 22 avril
  • Le Soleil en Taureau trigone Vesta le 26 avril

Mai

  • Mars en Cancer sextile Vesta le 6 mai
  • Mercure en Gémeaux carré Vesta le 9 mai
  • Vénus en Gémeaux carré Vesta le 16 mai
  • Vesta carré le Nœud Ascendant en Gémeaux le 23 mai
  • Vesta trigone Uranus le 30 mai

Juin

  • Le Soleil en Gémeaux carré Vesta le 4 juin
  • Vesta carré Junon Rx en Sagittaire le 10 juin
  • Mercure Rx en Gémeaux carré Vesta le 16 juin
  • Vénus en Cancer sextile Vesta le 17 juin

Juillet

  • Vesta oppose Neptune Rx le 2 juillet
  • Mercure en Gémeaux carré Vesta le 8 juillet
  • Vesta trigone Pluton Rx en Capricorne le 9 juillet
  • Vesta oppose Pallas Athéna en Poissons le 13 juillet
  • Vesta entre en Balance le 19 juillet
  • Le Soleil en Lion sextile Vesta en Balance le 25 juillet
  • Mercure en Lion sextile Vesta le 30 juillet

Août

  • Vesta en Balance sextile Junon en Sagittaire le 7 août
  • Vesta en Balance trigone Saturne Rx en Verseau le 10 août
  • Vesta oppose Chiron Rx en Bélier le 16 août

Septembre

  • Vénus en Balance conjoint Vesta le 3 septembre
  • Vesta carré Pluton Rx en Capricorne le 9 septembre
  • Vesta trigone Jupiter Rx en Verseau le 10 septembre
  • Vesta entre en Scorpion le 20 septembre

Octobre

  • Vesta en Scorpion carré Saturne Rx en Verseau le 4 octobre
  • Vesta trigone Pallas Rx en Poissons le 12 octobre
  • Vesta oppose Uranus Rx le 16 octobre
  • Vesta trigone Neptune Rx le 30 octobre

Novembre

  • Vesta carré Jupiter en Verseau le 3 novembre
  • Vesta sextile Pluton en Capricorne le 6 novembre
  • Vesta entre en Sagittaire le 16 novembre
  • Vesta conjoint le Noeud Descendant le 19novembre
  • Vesta oppose Cérès Rx le 26 novembre
  • Vesta cazimi (conjoint le Soleil) le 28 novembre
  • Vesta conjoint Mercure le 28 novembre

Décembre

  • Vesta trigone Chiron Rx en Bélier le 2 décembre
  • Vesta sextile Saturne le 3 décembre
  • Vesta carré Pallas le 7 décembre
  • Vesta carré Neptune le 24 décembre
Références et sources pour cet article :

11 réflexions sur “Vesta, déesse du feu sacré

  1. Le lien entre les Prêtresses Vestales et la sexualité est souligné par le fait qu’elles honoraient une idole appelée Fascinus, représentant un Pénis Ailé (source Wikipédia)

    Merci bcp pour cet article et votre site, que je viens de découvrir !

    On retrouve un très bel article sur Vesta dans le magasine L’oeil D’ Horos. Il y est mentionné que les Vestales menaient leurs rituels sexuels pour la procréation de lignée royale dans des grottes (caves en anglais) et ensuite se purifiaient au cours d’une longue retraite, se plongeant dans l’eau et restant seules. J’y vois personnellement un lien avec la maison 12 😉

    Bien à vous

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s