10 choses à savoir quand on se lance dans l’étude de l’astrologie

des chartes natales sont imprimées sur des feuilles de papier ; au premier plan, un stylo

Cet article est directement inspiré d’un article anglophone par Gemeauxlogy, qui a été supprimé récemment. Je reprendrai donc les grandes lignes de feu cet article, mais le corps de l’article est écrit de mémoire, de ce que j’ai pu en retenir.

1) Les interprétations « recette de cuisine » ne sont pas totalement pertinentes lorsque l’on étudie un thème.

Qu’entend-on par interprétation « recette de cuisine » ? Il s’agit des interprétations toutes faites d’un placement. Par exemple, « Vénus en maison 1 », « Soleil en Capricorne », « Mercure carré Saturne », etc. Ce type d’analyses est intéressant pour commencer, et cela peut tomber très juste ; mais cela trouve très rapidement ces limites.

Prenons un exemple. Une déclaration comme « Vénus en maison 3 = telle manifestation ». Est-ce que Vénus est en domicile, exaltée, en détriment ou en chute ? Est-ce un thème de jour ou de nuit ; Vénus est-elle en section ou non ? Règne-t-elle sur l’Ascendant ? Autant de facteurs à prendre en compte dans une analyse du rôle que joue Vénus dans un thème, et qui passent complètement à la trappe quand on se cantonne à « Voici ce que représente Vénus en maison 3 ».

Un thème est toujours à regarder dans son ensemble. Les interprétations recettes de cuisine sont un bon point de départ, mais si on veut approfondir sa pratique, on ne peut pas s’y cantonner.

2) L’astrologie est centrée sur les planètes principalement, PAS les signes.

Très important. Les astres règnent sur les signes et pas l’inverse ! Si l’on associe Mercure à l’intellect, la curiosité et la communication, ce n’est pas parce que les Gémeaux ont la réputation d’être pipelettes ; les Gémeaux ont la réputation d’être pipelettes car Mercure règne sur Gémeaux !

Si l’on ne se fie qu’aux clichés avec une connaissance superficielle de l’astrologie, peut-être ne fait-on pas le lien spontanément entre Bélier et Scorpion, par exemple ; Bélier est un signe de feu cardinal, Scorpion est un signe d’eau fixe… Mais les deux signes sont gouvernés par Mars !

Je vous encourage vivement à vous documenter sur les planètes en premier lieu si vous débutez en astrologie. Il est particulièrement important de connaître les planètes pour mieux saisir les spécificités de chaque signe, leurs points communs et leurs différences.

3) Les significations des signes et des maisons ne sont PAS équivalentes.

Ce sont deux découpages distincts avec des significations différentes. La maison 1 ne correspond pas à Bélier, la maison 2 ne correspond pas à Taureau… C’est une association qui est hélas très prévalente dans les ressources d’astrologie moderne, mais les signes et les maisons ont des thèmes qui leur sont propres. En revanche, il y a un système de joies planétaires selon lequel les planètes trouvent leur « joie » dans certaines maisons (cf article dédié).

4) Les planètes générationnelles n’ont pas souvent une signification personnelle très importante dans un thème natal.

Les planètes dites générationnelles sont Uranus, Neptune et Pluton. Pour un thème natal, plus une planète est rapide, plus on peut s’attendre à ce qu’elle indique quelque chose de personnel pour la personne. Uranus, Neptune et Pluton sont des planètes dont les cycles sont longs : la plus rapide d’entre elles, Uranus, change de signe tous les sept ans seulement. Pour comparaison, la plus lente des sept planètes traditionnelles est Saturne, et elle change de signe tous les deux ou trois ans.

L’étude des planètes générationnelles est très intéressante si l’on se concentre sur l‘étude de cycles longs ; par exemple, certain·es astrologues se sont penché·es sur les évènements qui ont coïncidé avec les cinq conjonctions Pluton-Saturne durant le siècle dernier.

Dans une charte natale, l’étude des planètes générationnelles n’est pas dénuée d’intérêt, mais on ne peut pas y placer les mêmes attentes que sur les planètes personnelles.

5) Le thème natal n’est pas limitée à juste la description de la personnalité.

En astrologie moderne plutôt psychologique, le thème natal est un outil d’introspection, de connaissance de soi, rarement davantage. Or l’astrologie permet d’utiliser un thème natal de beaucoup d’autres manières. En astrologie hellénistique, la maison 1 représente l’individu, le reste de le thème natal représente d’autres éléments, tels que l’environnement, la famille, les adelphes, etc. On peut utiliser un thème natal à des fins prédictives, notamment avec des techniques d’activation dans le temps telles que les profections. Bien entendu, il n’y aucun problème avec le fait d’utiliser l’astrologie strictement comme un outil de développement personnel, mais il est intéressant de savoir qu’un thème natal offre bien d’autres possibilités !

6) ll est normal que certains placements et aspects ne vous parlent pas pleinement en tout temps.

Comme vu précédemment, un thème natal est dense en informations, et représente une multitude de choses. Certaines techniques permettent de déterminer quelles parties du thème vont être particulièrement activées durant une période de temps données, par exemple les profections. Il est assez logique que certaines parties de votre thème natal ne résonnent pas en tout temps.

7) Les significations spécifiques à votre thème natal sont tout aussi importantes, sinon plus, que les significations générales.

Le placement en signe et en maison dans votre thème n’est pas anodin. Si par exemple vous avez tel astre en maison 4, cela va représenter quelque chose en lien avec la famille, les parents, le foyer, même si en général l’astre n’a pas particulièrement ce sens-là. Et c’est important !

8) Les rétrogrades, ce n’est pas si grave que ça.

Il est vrai que Mercure Rétrograde a une très mauvaise réputation, mais ce n’est pas la fin du monde ! Mercure rétrograde trois fois par an. La « gravité » des transits dépend de la configuration de votre thème natal, de quelles planètes sont activées ou non… Il n’y a pas lieu de paniquer systématiquement !

9) Non, les thèmes draconiques ne sont pas « le voyage de votre âme ».

Les thèmes draconiques semblent en fait être nées d’une erreur de calcul. La plupart des astrologues ne prennent pas ce système au sérieux.

10) Ce n’est pas parce que l’astrologie traditionnelle est ancienne qu’elle est dépassée ou qu’elle n’est plus pertinente aujourd’hui.

Beaucoup de textes ont été tout simplement oubliés, et redécouverts ces 30 dernières années ! Il y a eu des traductions très récentes de textes astrologiques anciens, ce qui a permis de re-découvrir des techniques très pointues. Par exemple, l’importance des sections et donc des différences entre un thème de jour et un thème de nuit, entre autres.

« Traditionnelle » rime souvent avec « conservateur·ice » ou « réactionnaire ». Ce n’est pas forcément le cas avec l’astrologie traditionnelle ! Le fait qu’une pratique soit ancienne ne veut pas dire qu’elle est inadaptable à notre époque, ni qu’elle est forcément anti-progressiste de façon inhérente. De nombreux astrologues ou étudiant·e·s astrologues qui se consacrent à l’astrologie traditionnelles sont des jeunes personnes queers, qui cherchent à questionner l’essentialisme sexiste d’un certain nombre de pratiques astrologiques. Ici, « traditionnel » n’est donc pas en contradiction avec des convictions féministes, pro-LGBTI+, anti-racistes, anti-validistes, etc. Et bien heureusement !

Une réflexion sur “10 choses à savoir quand on se lance dans l’étude de l’astrologie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s